DimancheMatin.com | Et si la semaine commençait autrement en 2020? :-o   

Iron Man : L’homme de fer dans un gant de velours

Par • 13 août 2008 à 10:19

Parti en Afghanistan pour faire la promotion d’un nouveau missile, le vendeur et concepteur d’armes Tony Stark tombe dans une embuscade tendu par les rebelles afghans. Il est forcé par un ambitieux seigneur de guerre de construire une réplique de son nouveau missile ultra-perfectionné. Avec l’aide d’un autre prisonnier lui ayant sauver la vie, Stark crée plutôt pour lui-même une armure ultra-résistante pouvant voler, au moyen de laquelle il s’évade pour ensuite être retrouvé par l’armée américaine. Rentré chez lui, mais transformé par son emprisonnement, le milliardaire arrogant et superficiel qu’il était décide à brûle-pourpoint de cesser la vente et la production d’armes à grande échelle. Au lieu de cela, il entreprend secrètement le perfectionnement de son armure, de façon à en faire un redoutable outil de destruction d’armes. Au cours du processus, Stark apprend que son vieux partenaire d’affaires, Obadiah Stane, est celui qui l’avait secrètement vendu au seigneur de guerre afghan l’ayant capturé, afin de prendre le contrôle exclusif de son empire. Obadiah, ayant appris les secrets derrière la conception de l’armure de Stark, décide de concevoir lui-même sa propre armure indestructible pour éliminer définitivement le milliardaire.

 

De tous les majors américains, seul « PARAMOUNT PICTURES » ne s’était pas encore lancé dans la distribution au grand écran d’un super-héros de l’écurie « MARVEL ». C’est maintenant chose faite avec « IRON MAN », et pour être sûr du succès de l’entreprise, les producteurs ont mis le paquet avec un scénario assez fidèle à la BD d’origine, bien qu’adapté au monde actuel, des trucages les plus avancés possibles sur le plan technologique, et le choix d’un réalisateur suffisamment professionnel pour mener à bien la construction du film. À l’arrivée, on a finalement droit à un film divertissant, parsemé d’un humour fantasque, avec au passage quelques coups de griffes ponctuels lancés contre l’industrie de l’armement américaine, les marchands de guerre, et le complexe militaro-industriel.

 

À la mise en scène, l’acteur comique Jon Favreau, qui avait auparavant conçu pour les jeunes un appréciable long-métrage, « ZATHURA », mène la barque avec assurance sans temps mort, tout en évitant de prendre trop au sérieux son sujet. Sans être omniprésentes, les scènes d’actions sont efficaces, les effets spéciaux généralement convaincants, et la musique plutôt bonne. Mais plus que tout, c’est l’interprétation magistrale et désinvolte de Robert Downey Jr. qui emporte l’adhésion. Il faut dire que sa ressemblance avec Tony Stark n’est pas simplement physique, si on peut dire. Un des très bons films « pop-corn » de l’été 2008 qui ne taxera pas vos neurones, et qui ne vous amoindrira pas les cellules du cerveau. Et je parie des biscuits contre des dollars qu’il y aura au moins deux suites à venir.

 

***

Par
Lire les 98 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1383 , 3