DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Invasion U.S.A : Le patriotisme américain comme maître-étalon de la connerie

Par • 5 juin 2008 à 15:25

Si un soir de cafard, vous avez envie de regarder un gros film d’action bourrin pour vous détendre sans réfléchir, je vous recommande ce nanar puissant, l’un des nombreux modèles illustrant les exploits d’un super-soldat seul contre tous, représentatif de la période reaganienne, où l’Amérique a cherché de façon simpliste à évacuer le cauchemar de l’échec vietnamien. Bref, un film de type « bulldozer » candidat au titre de navet par excellence du genre, aux côtés des « MISSING IN ACTION » et « COMMANDO ». Soulignons que ce long-métrage fût produit par « CANNON GROUP INC. », une compagnie israëlienne qui a produit tout plein de films d’action patriotiques à petits budgets durant les années 80.

 

L’histoire: un important groupe de terroristes de plusieurs pays débarque discrètement sur une plage de Floride. Les opérations de ce commando dirigé par un certain Rostov visent à semer la terreur par des attentats, afin de désorganiser toutes les régions du pays. Mais Rostov est obsédé par le souvenir d’un agent américain, Hunter, qui l’a déjà tenu en échec dans le passé, si bien qu’il dirige personnellement une attaque contre sa demeure dans les bayous de la Georgie. Hunter survit à l’agression, et il devient dès lors le plus redoutable adversaire des terroristes dans la région d’Atlanta. Après plusieurs escarmouches, Hunter, en collaboration avec la CIA et l’armée américaine, décide de tendre un piège aux terroristes en comptant sur la haine de Rostov à son égard pour qu’ils soient tous réunis au même endroit, et ainsi être anéantis.

 

Probablement le plus grand et le plus rigolo des nanars patriotiques américains que j’ai vu. Écrit et interprété par Chuck Norris, le film raconte une histoire surchargée à l’extrême qu’elle ne peut que faire rire les spectateurs, dont la violence patriotique va de pair avec le ridicule et l’absence de logique. Les scènes d’action se succèdent par enfilades dans une intrigue hautement invraisemblable et belliciste, avec des situations poussives et des dialogues crus du genre: « Si tu te repointes encore, tu vas repartir avec la bite dans un tupperware! ». Le film se conclut dans une résolution ou les développements sont sans aucun doute parmi les plus absurdes de l’histoire du cinéma de série B, et j’en ai vu d’autres! Impossible donc de prendre au sérieux de telles fadaises qui ne susciteront que des éclats de rires tonitruants à chaque cliché (le chef des terroristes qui tue ses ennemis en tirant dans les couilles au lieu du coeur ou de la tête).

 

On se demande évidemment comment fait le héros pour anticiper les attaques des terroristes à chaque fois, et en plus il s’en tire sans bobos ni égratignures à la fin du film!!!!!! Joseph Zito, tâcheron sans talent, met tout cela en scène avec bruit et fureur en s’en tenant aux mêmes procédés rebattus que dans son « MISSING IN ACTION » mettant également en vedette ce bon vieux Chuck. La photographie est médiocre (depuis quand les explosions sont blanches sur un écran???), mais on a le droit a un beau clin d’oeil avec le film « EARTH VS. THE FLYING SAUCERS », comme quoi ce ne fût pas évident pour moi de trouver quelque chose de positif autre que le rire dans ce film.

 

Le héros Chuck Norris est imperturbable physiquement et « dramatiquement » comme un simple cadre de porte (il a une seule expression sur la figure pendant tout le film à l’exception d’un court moment où il sourit). Si vous voulez vous marrer en diable jusqu’au larmes, il faut regarder ce film au moins une fois dans sa vie; vous n’en croirez pas vos yeux (Si! Si! Puisque je vous le dis!), preuve que chez « CANNON » on en fumait du beau, du bon et du gros pétard pour imaginer un tel « chef-d’oeuvre » de la connerie patriotique.

Par
Lire les 98 articles par

3 Réponses »

  1. Omg, j’ai vraiment le goût de regarder ce film. Quand j’ai vu « Missing in action », j’ai compté les morts que Chuck Norris tue (74) entre mes éclats de rire. Une belle expérience cinématographique.

    Mais, si tu veux vraiment me convaincre, réponds à cette question qui tue : est-ce que Chuck tue quelqu’un avec un roundhouse kick ? Si oui, j’achète ce film.

  2. Je ne me rappelle pas que Chuck tue quelqu’un avec un roudhouse kick dans ce film, mais je me rappelle qu’il met KO un gros costaud musclé d’un seul coup de pied, déclarant juste avant « Toi tu commences à me baver sur les rouleaux! ». « INVASION USA » est tellement drôle, plus encore que les « MISSING IN ACTION » à cause de la manière dont le film est fait. Vas-le voir, tu vas te plier en huit!

  3. Au mieux, tu viens chez moi le voir, on rigolera ensemble. 🙂

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2144 , 1