DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   

France D’Amour – Les Autres (2007)

Par • 8 octobre 2007 à 19:37

On dit souvent, en parlant d’une artiste qui a pondu six ou sept albums, qu’elle a atteint une certaine maturité, qu’elle explore de nouvelles avenues, qu’elle redécouvre son style et son vrai visage, sous un jour plus personnel. Faute de mots, on masque l’inspiration décroissante de nos idoles par des euphémismes.

 

Dans le cas de France D’Amour, quand bien même j’aurais voulu me faufiler dans la formule facile, je n’y serais pas parvenu en toute honnêteté. Sa maturité, elle l’avait atteinte avec Le silence des roses en 1998, laissant déjà le côté le plus rock de sa personnalité derrière elle. Pour ce qui est des expériences et de l’affranchissement artistique, l’éponyme de 2002 et le disque Hors de tout doute paru en 2005, marquaient tous deux une belle évolution, selon les règles de l’art, pour l’énergique chanteuse qui ne semble pas vouloir perdre de la vitesse. La jeunesse de l’âme quoi!

 

Alors que dire de son nouvel effort simplement intitulé Les autres ? Le premier extrait Le bonheur te fait de l’oeil (efficace et rythmé) a martelé les ondes radiophoniques pendant une bonne partie de l’été, laissant une appréhension favorable quant au nouveau matériel de France D’Amour. Et ce fameux album répond quand même à quelques attentes, notamment avec les pièces Moi j’ai toi (qu’on aime à la première écoute), La mouche (digne de l’entrain de l’insecte) ou encore Satellite (qui ferme l’album dans une délicatesse atmosphérique). Aussi, la pièce titre demeure très intéressante, de même que la chansonnette Le soleil du cirque, même si elle ressemble à du Lynda Lemay maladroit ainsi que D’Amour P.Q. qui rappelle la facette un peu plus croustillante de la chanteuse. Pour le reste, Ma soeur n’obtiendra certainement pas le même succès que Mon frère en 1994 et Je l’appelle ma maison ne devrait pas faire de vagues avec son folklore qui ne semble pas convenir à l’ensemble de l’album. Ne manque plus que Rêveurs d’avenir, pièce sur laquelle je ne dirai rien, juste pour me garder une petite gêne.

 

Un bon album qui ne devrait toutefois pas marquer une page d’histoire, ni pour la scène québécoise en général, ni pour France D’Amour.

 

***

Par
Lire les 376 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2208 , 1