DimancheMatin.com | L'ART de bien commencer la semaine...   
Chronique 11 questionsPourquoi poser 10 questions lorsqu'on peut en poser 11? Série d'entrevues colorées exclusives à DimancheMatin.com.

Entrevue avec Nancy Charest : Parti Libéral du Canada

Par • 15 avril 2011 à 8:32

Nancy Charest - Parti Libéral du CanadaDans le cadre de l’élection fédérale du 2 mai prochain, nous avons demandé aux différents candidats des partis politiques se présentant dans la circonscription de Haute-Gaspésie-La-Mitis-Matane-Matapédia de bien vouloir se prêter au jeu des 11 questions. Pour cette première entrevue, je vous présente la candidate libérale, Mme Nancy Charest.

1. Premièrement, une question qui est sur toutes les lèvres des électeurs: Pourquoi déclencher une élection alors que le Parti Conservateur domine dans tous les sondages?
Parce que nous devons convaincre la population et lui démontrer que la manière de faire des conservateurs est inacceptable. Elle brime la démocratie et vise à enrichir les magnats de la finance (les banques, les pétrolières et les multinationales) aux détriments des citoyens et citoyennes de la classe moyenne et des plus démunis.

2. Vous avez été députée pendant plusieurs années dans la circonscription de Matane au provincial. Parlez-nous des accomplissements dont vous êtes la plus fière.
Parmi les 220 millions de dollars d’investissements (provinciaux, fédéraux, régionaux et privés) réalisés durant mon mandat de 2003 à 2007 la réalisation, dans le comté, de 700 mégawatts d’énergie éolienne, du centre d’appel de l’assurance parentale, de la construction du poste de police de Sainte-Anne-des-Monts, l’implantation de l’usine Damabois à Cap-Chat, la construction de la route 2 à Mont St-Pierre et la mise à niveau des infrastructures d’eau potable et usée de plusieurs municipalités s’inscrivent parmi les réalisations dont je suis la plus fière.

3. Pourquoi avez-vous fait le saut au fédéral?
Parce qu’il y a de nombreux dossiers qui relèvent de la juridiction fédérale qui méritent d’être réalisés notamment, la mise à niveau de nos infrastructures portuaires et aéroportuaires, les travaux de réfection des berges du fleuve St-Laurent et de nos rivières, l’investissement dans les technologies vertes, l’autonomie alimentaire, l’aide à l’industrie forestière et l’implantation d’institutions du secteur tertiaire en région.

4. Comment contre-t-on l’exode des jeunes vers les grandes métropoles?
Par le maintien et l’accroissement des incitatifs fiscaux visant à ramener nos jeunes en région et par la création de programmes qui favoriseront l’implantation d’entreprises de 2ième et 3ième transformation, d’entreprises dans le domaine de la haute technologie et de la nouvelle économie.

5. Comment approchez-vous une élection dans un comté qui vote pour le Bloc depuis plus de 10 ans?
Comme tout autre défi c’est-à-dire en y mettant tous les efforts nécessaires, en étant près des gens et en démontrant que bien que le Bloc ait des intentions légitimes, il ne pourra jamais accéder au pouvoir et si après 20 ans de présence à la Chambre des communes le message n’a pas passé, il est temps de changer de messager.

6. Votre chef Michael Ignatieff ne jouit pas d’une grande popularité auprès de la population en général. Que répondez-vous aux gens qui n’ont pas confiance en l’homme qui dirige votre parti et comment expliquez-vous qu’il ne réussisse pas à « séduire » l’électorat?
Je leur réponds que Monsieur Ignatieff n’est pas suffisamment connu; il aura l’occasion de mieux se faire connaître durant la campagne électorale. Monsieur Ignatieff est le seul chef traitant des dossiers qui touchent les défis que devront relever notre société. L’autonomie alimentaire dans un contexte de crise alimentaire mondiale, les changements climatiques et le développement durable, l’aide aux aidants naturels ne sont que quelques exemples des sujets défendus par notre chef.

7. Croyez-vous qu’un gouvernement minoritaire est bénéfique pour la population parce qu’il force les partis à travailler ensemble ou pensez-vous que c’est plutôt un handicap pour le parti au pouvoir?
Je crois qu’un gouvernement minoritaire est l’outil que se donne la population pour avoir les moyens de réagir promptement lorsqu’un gouvernement déroge de ce que la population attendait de lui. En ce sens, je considère que cela est bénéfique car c’est la démonstration la plus louable de la force de la démocratie. Toutefois, comme pour toute chose, il y a aussi un côté moins agréable c’est-à-dire le risque d’élection à répétition. Mais comme l’exprime si bien l’adage nous ne pouvons avoir le beurre et l’argent du beurre.

8. Outre la politique, comment occupez-vous vos temps libres?
Il me reste peu de temps libre ceux dont je dispose, je les consacre à la lecture, la musique, la marche, les voyages et les jeux de sociétés.

9. Quelle est, à votre avis, la plus grande richesse de la circonscription dans laquelle vous vous présentez?
Ses gens, des attraits touristiques hors du commun, la Gaspésie étant classé par la revue National Geographic comme la troisième plus belle destination au monde et ses ressources naturelles encore insoupçonnées.

10. Qu’est-ce qui est le plus difficile pendant une campagne électorale?
Avoir suffisamment de temps pour faire tout ce qu’il y a à faire pour vendre le message que je veux porter à la population.

11. Finalement, pouvez-vous dire à nos lecteurs en quelques lignes pourquoi ils devraient voter pour vous le 2 mai prochain?
Parce que voter pour moi et le Parti Libéral c’est barrer la route aux conservateurs pour continuer à enrichir les pétrolières et les banques, aux détriments de nos aînés, de nos jeunes et de la classe moyenne. Voter Nancy Charest c’est voter pour la personne qui saura défendre les intérêts de notre région et de notre population alors que le Bloc et son chef nous ont littéralement abandonnés durant près de 12 ans. En terminant mon implication future se résume en quatre mots : Vos besoins = Mes défis.

Par
Lire les 241 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2438 , 2