DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

DragonForce – Inhuman Rampage (2006)

Par • 15 février 2008 à 19:38

Les amateurs du jeu vidéo « Guitar Hero III » ont probablement sué des litres et des litres de sueurs afin d’arriver à seulement terminer la chanson « Through the Fire and Flames » du groupe DragonForce. Ce groupe anglais de power metal est reconnu pour ses solos de guitare ultrarapides, mais que se cache-t-il derrière cette formation au nom digne des plus grands fans de Donjons et Dragons ? Leur dernier album, « Inhuman Rampage », peut nous donner une idée assez précise de leur style musical.

 

D’abord, on les classe souvent sous l’étiquette de « power metal », c’est-à-dire une musique au rythme très rapide incorporant des solos de guitare complexes à souhait, des claviers et une voix mélodieuse. Nous sommes loin du « death metal » qui offre plutôt des cadences lourdes et rapides avec des chanteurs aux voix plus rauques, voire démoniaques. Le power metal, surtout celui proposé par DragonForce, est beaucoup plus léger. En effet, la voix du chanteur Z.P. Theart est tout à fait agréable à l’oreille. Certains passages à crescendo nous font même penser à Iron Maiden, mais la comparaison s’arrête à la voix. Par ailleurs, il a quelque chose de caractéristique dans le son de DragonForce. Les guitares sont, bien entendu, plus que rapides, mais elles n’en demeurent pas moins accrocheuses. Certains solos peuvent s’éterniser sur de longues minutes et rester prenants. Il s’agit sans doute d’une des forces de ce groupe. Il y a aussi la batterie qui, chanson après chanson, s’amuse à détruire son bass drum d’une remarquable bourrasque de coups.

 

Toutefois, ce qui surprend le plus dans leur son, c’est l’utilisation accrue du clavier ou de cet instrument emblématique des années 1980 : la guitare-piano. Et on ne parle pas de quelques ajouts ici et là. Les solos de clavier sont aussi vifs que les solos traditionnels de guitare et ils occupent une place importante dans la musique de DragonForce. Le claviériste en profite même pour ajouter des sons typiques de jeux vidéo, si bien que certaines chansons donnent l’impression que Wario s’éclate à la guitare pendant que Bowser batifole à la batterie à pédale double. C’est déstabilisant, mais on accroche à cette musique souriante, remplie de rythmes, de voix mélodieuses et d’optimisme européens.

 

****

Par
Lire les 99 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1169 , 1