DimancheMatin.com | Et si la semaine commençait autrement en 2020? :-o   

Dracula : Entre l’amour et la mort

Par • 10 janvier 2007 à 8:48

La comédie musicale Dracula : Entre l’amour et la mort, librement inspirée de l’univers de Bram Stocker, ne passera pas à l’Histoire. En revanche, il est important de souligner l’audace de la mise en scène de ce spectacle fort bien monté. En ce qui concerne les décors, les maquillages et les costumes : rien à reprocher. Les concepteurs ont su remanier le mythe pour le rendre assez crédible pour un XXIe siècle. Les décors sont carrément innovateurs : l’arrière-scène est formé d’une estrade nouveau-genre et certaines pièces amovibles (cercueil, large table qui tourne…) obligent les acteurs à jouer de manière physique. Les possibilités d’erreur sont grandes, mais le tout se déroule bien. La présence d’une caméra à l’épaule sur la scène même avec une diffusion instantanée sur la toile de fond augmente encore la difficulté. Encore là, rien à redire.
Par contre, mes principales réticences se situent au niveau du traitement de l’intrigue et du genre en lui-même. Avec le thème de Dracula, il fallait s’attendre à des clichés juteux, mais on n’embarque tout simplement pas dans cet amour entre Dracula et Mina. Les chansons sont magnifiquement interprétées (Sylvain Cossette et Bruno Pelletier font d’ailleurs tout un travail), mais les comédiens interagissent peu ou pas du tout entre eux. Ils se lancent des chansons populaires à la tête, tout en se déplaçant de long en large de la scène, contournant des musiciens parfois jaillis de nulle part. Et que dire de ce guitariste tout droit sorti d’un groupe de hair metal qui, avec sa crinière démesurée et sa guitare de métalleux, nous impressionne avec ses solos jurant tragiquement avec le ton de la pièce ?
Bref, si vous aimez les petites mélodies sulfureuses, les histoires d’amour pré mâchouillées et un décor stupéfiant qui enrobe un divertissement plutôt vide, courrez voir cette tragicomédie lyrique. Sinon, tapez-vous donc un bon Molière. Don Juan sera à l’affiche du 16 janvier au 10 février 2007 au Théâtre du Nouveau Monde.

 

**

Par
Lire les 99 articles par

2 Réponses »

  1. moi j’ai trouver sa super bon c’est sur qu’il est pas pour tout les gout mais je trouve que vousêtes un peu dur quand même avouer que c’est pas si mal?

  2. Pourtant, en relisant le texte, je trouve que, malgré tout, j’ai beaucoup de bons mots pour la pièce : mise en scène, décors, maquillages, costumes, innovation, etc.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 5231 , 2