DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique femme au foyerAnimatrice radio à temps partiel, femme au foyer le reste du temps, Émilie vous invite à suivre ses aventures tous les mercredis.

Don de sang

Par • 25 avril 2012 à 9:03

Je suis très fière de moi. Cette semaine, pour une deuxième fois, j’ai pu donner du sang à une clinique d’Héma-Québec.

Ça semble anodin; on n’a pas grand chose à faire à part se présenter là-bas et de se faire brancher une aiguille dans le bras. Oui et non. Pour les femmes, il y a une étape de plus, celle du test du taux de fer. La première fois que j’y suis allé, mon taux de fer était normal. Bravo. Mais, les deux fois suivantes, on me renvoyait car mon taux de fer était toujours en bas de quelques dixièmes du sacro-saint 12,5.

En fin de semaine, je me suis dit que je ne me ferais pas prendre. Mon taux de fer allait botter des culs! Je me suis bourrée de bonne bouffe pleine de fer. J’ai obtenu un taux de 13. Du jamais vu dans mon cas!

J’ai donc eu le privilège de m’étendre sur la chaise du donneur et de me faire siphonner 589 millilitres de sang et de faire des blagues avec les infirmières. Tout s’est bien déroulé. Par contre, à la fin de mon don, me sentant un peu molle, je l’ai dit un peu trop fort. Ça n’a pas été long avant qu’on m’envoie le S.W.A.T. des infirmières qui m’ont vite allongée sur mon lit avec des serviettes froides sur le visage. Peut-être un peu exagéré pour mon état, mais on ne niaise pas avec ça. Pas question que l’on traumatise un premier donneur couché sur un autre lit avec quelqu’un qui lui perd connaissance dans la face. Après une dizaine de minute, je pouvais quitter.

Aussi simple!

Je suis sortie de la clinique plus légère (pas à cause du sang en moins) avec le sentiment de devoir accompli. Grâce à mon simple don de sang, quatre personnes seront peut-être sauvées. Ce n’est pas rien. C’était mon deuxième don, sur place il y avait des donneurs qui en étaient à leurs 35e dons. J’espère en faire autant.

Au minimum, je tiens à rembourser la dette de sang de ma mère. C’est pour elle que je l’ai fait la première fois. À la naissance de mon frère, il y a 29 ans, elle a eu 4 transfusions. Si des gens en santé comme moi n’avaient pas fait de don, je ne serais pas ici aujourd’hui. Il me reste deux «paiements» à faire. J’ai l’intention de payer de l’intérêt sur sa dette!

***

P.S. Pour ceux qui lisait ma chronique de la semaine dernière, sachez que je crois que ma chance vient de tourner. Je n’ai pas gagné à la  Poule aux œufs d’or, mais j’ai reçu un appel cette semaine de l’agent de police qui m’a arrêté dans le Parc des Laurentides à Pâques, me disant que ma contravention était annulée suite à une erreur administrative! Yeah!

Par
Lire les 53 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1832 , 2