DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Damages: La fin justifie les moyens

Par • 5 mars 2011 à 10:13

Qui a dit qu’une série télé mettant en vedette des avocats doit absolument se dérouler dans une salle de cour?  Certainement pas Glenn & Todd A. Kessler et Daniel Zelman qui sont à l’origine de la brillante et haletante série Damages.

En fait, dans les trois premières saisons complètes, on dénombre peut être 3 ou 4 scènes au total qui ont lieu dans une salle d’audience.  Les créateurs de Damages ont voulu illustrer (d’où le titre) que la grande partie d’une poursuite judiciaire se joue en coulisses.  Là où tous les coups sont permis.  Là où les dommages collatéraux sont monnaie courante pour arriver à ses fins.

Chacune des trois saisons met en vedette une affaire juridique de haut niveau.  Blanchiment d’argent, fraude, corruption sont à l’honneur.  À travers le personnage de Patty Hewes, brillamment interprété par Glenn Close (Cruella dans les 101 dalmatiens), on suit un bureau d’avocats qui se spécialise dans des cas où les enjeux sont énormes.  Et où il n’y a aucune pitié.  Jusqu’où irait un fraudeur pour éviter de tout perdre sa fortune?  Jusqu’où iront des avocats à l’éthique questionnable pour protéger ou faire tomber ces fraudeurs?  Très loin…

La première saison début avec l’embauche d’Ellen Parsons (Rose Byrne) chez qui Patty Hewes flaire un grand potentiel.  C’est alors que la vie de la jeune femme va basculer dans cet univers sans merci où tous les coups sont permis; où le mensonge et les manigances font partie du quotidien.

Damages est un enchaînement continuel d’intrigues et de surprises où on se questionne du début jusqu’à la toute fin sur le dénouement de l’histoire.  Bourré d’action et de drame, cette série nous tient sur le bout de notre chaise jusqu’à la dernière minute du dernier épisode.

Se greffent à Close et Byrne toute une kyrielle d’acteurs tout aussi louches qu’inquiétants passant par Ted Danson qui joue un narcissique sans scrupules qui floue ses employés ou Martin Short, un avocat véreux au passé peu reluisant.

Une distribution solide, un scénario brillamment monté, des intrigues fascinantes et une facture visuelle léchée; voilà l’essentiel de Damages. Une série télé pour ceux qui n’ont pas peur de se salir les mains!

La quatrième saison qui comptera une dizaine d’épisodes seulement sera disponible cet été sur DirecTv.

Par
Lire les 242 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1734 , 1