DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Critique – Voyage au centre de la terre : une première réalisation éblouissante pour Eric Brevig (2008)

Par • 24 juillet 2008 à 16:48

Avant tout, permettez-moi de vous donner un conseil : si ce film vous intéresse, voyez-le en 3D. Il est certain que l’autre version n’aura pas le même impact sur vos nerfs car, oui, ceux-ci sont mis à l’épreuve, juré craché !

 

En 1959, le cinéaste Henry Levin avait tiré de ce roman de Jules Verne un long métrage visuellement impeccable (avec les vedettes James Mason et Pat Boone). Au lieu d’un remake à l’intrigue identique, les scénaristes de la version 2008 ont choisi d’innover en remplaçant les personnages du roman originel par un trio d’aventuriers : Trevor (Brendan Fraser, vedette de la trilogie The Mummy), Sean (Josh Hutcherson) et Hannah (Anita Briem). Trevor et Sean ont des raisons particulières pour envisager ce dangereux périple : ils recherchent un de leurs proches qui a disparu, qui n’est autre que le frère de Trevor et le père de Sean…

 

Si, dans les premières séquences du film, l’usage du 3D semble peu justifié (le yoyo, le ruban à mesurer, etc.), il devient bien plus qu’un accessoire au fil du récit. En fait, quoique le scénario soit indiscutablement supérieur à celui de bien d’autres blockbusters, l’intérêt premier de Voyage au centre de la terre se situe dans les frémissements engendrés par cette puissante technologie. Avec ahurissement, on y subit l’attaque de poissons dotés d’une dentition pour le moins aiguisée et l’appétit vorace de plantes carnivores, sans compter l’arrivée impromptue d’un effarant tyrannosaure…

 

Bref, là où je craignais voir réunis les atouts d’un inénarrable navet, j’ai vécu 92 minutes d’intense plaisir dont plusieurs éléments techniques – rappelons-le – ont été exécutés ici même, dans ma ville natale !

 

Considéré comme une sommité dans le chapitre des effets visuels (il fut oscarisé pour Total Recall), Eric Brevig effectue ses débuts de réalisateur sur les chapeaux de roues. On attend la suite avec impatience…

 

****

Par
Lire les 54 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2581 , 1