DimancheMatin.com | Et si la semaine commençait autrement en 2020? :-o   
ÉditorialPuisqu'il y a des choses qui doivent être dites, aussi bien les dire avec une verve franche et directe. Des sujets chauds, traités vivement sans trop de fioritures.

Aux armes féministes !

Par • 20 décembre 2007 à 0:00

Le genre humain a cette particularité de se tirer dans le pied quand vient le temps de réaliser son propre bonheur. Après tout, le but dans la vie n’est-il pas, à la base, d’être heureux, point à la ligne ? Pourtant, dans notre monde rempli de possibilités, changeant de jour en jour, où la chance sourit aux audacieux, bien peu d’entre nous sont là où ils veulent être, sont devenus ce qu’ils voulaient être, ont faits ce qu’ils voulaient faire. C’est vrai, la vie c’est pas facile pour personne, mais on aime bien se la compliquer un peu, parfois.

 

Par exemple, on se plaint depuis quelques années des modèles féminins que la société (c’est-à-dire nous-mêmes) choisit de mettre sur un piédestal. Des divas sans vie réelle comme Céline Dion. Des pétasses droguées comme Britney Spears. Des idiotes comme Jessica Simpson. Des criminelles comme Martha Stewart. Depuis ce temps, les blagues sur les blondes ont un succès fou, on se traite de salopes à qui mieux mieux. Le salaire de ces dames stagne, leur représentation en politique régresse, les images de femme-objet se multiplient dans la publicité et les séries télé. Est-ce seulement un retour de balancier, après le heyday du mouvement féministe dans les années 60 et 70 ? Mesdames, allez-vous vous contenter de votre droit de vote ? Resterez-vous assises en constatant que vos consoeurs ont plus à faire pour gagner autant, pour faire avancer leur carrière au même niveau que leurs mâles adversaires ?

 

Come on, girls ! Je sais bien que c’est dépassé, de faire brûler son soutien-gorge sur un campus d’université, de militer pour le droit à l’avortement, de brasser le gouvernement pour l’équité salariale. Mais on dirait que les années 50 sont revenues, l’inhibition sexuelle en moins. Pourquoi une effrayante partie de l’opinion publique, aux Etats-Unis, en a contre Hillary Clinton qui brigue l’investiture démocrate ? Pourquoi personne n’écoute les Denise Bombardier, Liza Frulla, Pauline Marois et autres femmes politiques d’expérience ? Quoi, vous pensez que Charest peut faire mieux ?

 

J’ai un petit secret à vous dire, les filles : pendant le dernier siècle, vous nous avez brassés solide, nous les gars. Vous avez chamboulé notre monde. Vous l’avez changé, ce monde phallocrate. Et je ne sais pas si vous croyez que vous êtes allées trop loin, mais je vous dis, on en a encore à vous en donner, de la place. On a besoin de vous. Prenez ce qui vous revient, pour notre bien à tous.

Par
Lire les 155 articles par

3 Réponses »

  1. Je ne crois pas que les femmes aient encore des complexes à avoir. Je pense qu’elles vont occuper la scène politique de la prochaine décennie, et j’en suis pratiquement certain. Mais ne parlons pas de féminisme (ni de mouvements masculins). Ça a certainement fait bouger les choses, mais séparer les sexes ou les ethnies, ce n’est jamais une bonne chose pour une société. Tous les groupes doivent avancer, mais pas au dépens des autres. Ce n’est pas l’enjeu du texte ci-haut, mais je voulais le souligner.

  2. Je pense tout de même que ton point est bon Pierre-Luc. Au lieu de penser à donner la place aux femmes ou à leur dire de la gagner, je pense que la meilleure égalité est de reconnaître le talent et les qualités d’une personne sans spécifier que son sexe a une influence. Je pense aussi que l’évolutions que nous pouvons tous apporter à la prochaine décennie est de donner la chance à tous les coureurs sans toujours ajouter que le masculin a été utilisé uniquement dans le but d’alléger le texte! Juste cette phrase est passée de mode !

  3. De un, Denise Bombardier est d’un arrogance telle que même les féministes devraient être gênées. Quant à Hilary, laissez-le temps au peuple américan de réaliser qu’il y a autre chose à part Bush et Pauline, ben, les sondages le prouvent, elle fait fureur. Donc, je ne crois pas que les femmes ont encore une si grosse place à prendre. Les hommes sont déjà assez féminisés, métrosexualisés, domestiqués. Oui, prenez votre place les femmes mais pas TOUTE la place.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 13396 , 1