DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

Allez viens, J’te paye une broue…

Par • 23 décembre 2007 à 17:22

Alors que la ville de Québec se prépare pour le coup d’envoie de son 400ième anniversaire, le rockeur Éric Lapointe est venu mettre le feu aux poudres avec son party annuel du temps des fêtes, le 22 décembre dernier, à la salle Albert-Rousseau. Pour une huitième année consécutive, le rockeur amène sa deuxième famille sur la route pour célébrer le temps des fêtes avec eux, et bien sûr, avec vous! Comme pour les années antérieures, l’affiche du Party des Fêtes d’Éric Lapointe 2007 se voulait des plus prometteuses. Avec des noms comme Nanette Workman, Marc Déry, Gabrielle Destroismaisons, Les Respectables, Martin Deschamps et Paul Piché, il est clair que les gens de Québec allaient avoir droit à tout un spectacle.

 

Comme l’oncle ivre qui fait des farces épicées dans les partys de famille, Mike Ward ouvre la soirée avec une série d’anecdotes dépourvues de subtilité avec un tel naturel qu’on dirait presqu’un viel ami qui nous raconte sa fin de semaine. Agréable et légère, cette introduction a vite laissé place à un spectacle musical qui se poursuit dans la même ambiance, en y ajoutant un mordant purement rock. Les quelques premières chansons permettent aux invités de la soirée de faire une brève apparition et de montrer au public ce qu’ils leur réservent. Après des performances de Gabrielle Destroismaisons, Sébastien Plante, Paul Piché et Martin Deschamps, Eric Lapointe vient rejoindre les quelques centaines d’amateurs en faisant de la scène de la salle Albert-Rousseau son salon. Soucieux de faire lever le party comme personne d’autre, le chanteur offre un rapide segment de rock des plus efficace avec des succès monstres comme Coupable et Priez, en incluant une agréable surprise avec la pièce Danger, de son premier album. Le temps d’un verre au bar tenu sur la scène par Mike Ward et c’était déjà au tour des Respectables de s’emparer de la scène.

 

C’est aussi à ce moment que les gens de Québec apprenaient l’absence de Nanette Workman et de Marc Déry pour les festivités. Si l’absence de Nanette Workman a été comblée par des prestations fracassantes de la part de Gabrielle Destroismaisons, il faut malheureusement souligner l’inefficacité du remplacement de Marc Déry par Yann Perreau. Ce jeune chanteur n’a définitivement pas le charisme ni la prestance pour un événement de cette envergure. Peut-être le chanteur profiterait-il d’un peu plus d’expérience afin de mieux dominer la scène?

 

Le Party des Fêtes d’Éric Lapointe profite d’une équipe de professionnels pour s’assurer que le déroulement de la soirée soit le plus fluide possible. À cet effet, il est important de souligner l’impeccable mise en scène d’un tel spectacle. On ne parle pas ici d’une mise en scène centrée sur une vedette autour de qui tout le reste pivote. Il est plutôt question d’une dizaine de musiciens et chanteurs plus grands que nature en permanence sur la scène. Nul n’est laissé dans l’ombre alors que l’interaction sur la scène ressemble énormément à celle d’un party, comme il se doit. La touche extravagante du bar sur la scène a certainement ouvert la porte à une série de passages improvisés qui ont fait de cette soirée un spectacle sans artifice.

 

La saveur rock du spectacle atteint son apogée alors qu’Éric Lapointe livre la plus lourde des pièces de son arsenal, Loadé Comme un Gun, immédiatement suivit d’une efficace reprise de Cum on Feel the Noise, chantée par Mike Ward. Aussi surprenant que cela puisse  paraître, l’humoriste a su donner un brillant hommage à Kevin Dubrow, décédé plus tôt cette année. À mesure que la soirée avance, le rock et l’alcool se mêlent dans un mélange à forte teneur en octane pour donner un résultat explosif. Malheureusement, lorsque le rythme ralentit un peu, il semble qu’Éric Lapointe ne dispose pas d’assez d’adrénaline pour contrer les effets de l’alcool aussi bien que dans les Bobépine, Terre Promise ou encore Tendre Fesse. En effet, quelques accrochages au niveau de sa prestation dans les pièces plus lentes se sont glissés malgré le professionnalisme évoqué antérieurement dans cet article.

 

Finalement, le spectacle du 22 décembre à la salle Albert-Rousseau aura été publicisé exactement comme il se doit : comme un party. Les quelques centaines d’amateurs qui ont bondé la salle de spectacle à capacité ont eu droit à des surprises, de la musique, des farces et un visuel à en couper le souffle. L’année 2007 marque la huitième édition de la tournée du Party des Fêtes d’Éric Lapointe et prouve, une fois de plus, qu’elle vaut la peine d’être vue d’année en année. Une rotation des meilleurs invités de la scène québécoise, une équipe de production bien rodée et un public en feu font de cette soirée une réussite à coup sûr.

 

On rappelle qu’il ne reste que trois représentations de ce party et c’est le moment ou jamais de se hâter et de se procurer des billets, s’il en reste!

 

28 Décembre – Palais Des Sports – Jonquière

26 et 31 Décembre – Métropolis – Montréal

 

 

 

Photos : Fred Laroche

Par
Lire les 19 articles par

Une Réponse »

  1. Bon review mon Fred! J’espérais y trouver le titre d’une toune de Piché qu’il me manquait, mais coudonc.. Joyeux Noel à toi et Bonne Année 2008!

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 4759 , 3