DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   
Chronique broueUn blogue sur la bière. Plongez vos papilles dans l'univers brassicole. Dégustation et découvertes pour ceux qui ont envie de lever leur verre à la bonne bière.

À la recherche du Grand Cru

Par • 1 juillet 2011 à 12:15

Ce qui est vraiment intéressant dans le monde de la dégustation de bière, c’est qu’il faut se lever tôt pour goûter à tout. Et comme c’est mal perçu de boire le matin, je ne suis pas prêt d’avoir fait le tour du bock. Y’a de l’ouvrage à la chope! Toutefois, à force de vouloir savourer tous les produits qui sont offerts sur le marché québécois (et parfois d’ailleurs), mes papilles sont devenues quelque peu capricieuses.

Il y a 10 ans, je me contentais d’une bonne Boréale rousse. Il y a 5 ans, je ne jurais que par la Blanche de Chambly. Bien que je sois loin de renier mes premiers amours, je suis désormais en quête des grands classiques. De ces bières qui vous émerveillent au point de songer à ne plus boire rien d’autre. Je vous présente trois produits – sublimes – qui entrent, selon moi, dans cette catégorie du je-ne-sais-quoi. Trois bières que vous devez absolument acheter, pour deux raisons : 1) Elles sont excellentes; 2) Elles sont produites en quantité limitée, parfois annuellement. Ainsi, de les voir sur les tablettes de votre fournisseur de bière préféré représente une grande chance qui ne risque pas de se reproduire avant un certain temps.

Les Trois Mousquetaires – Porter Baltique
Vous n’avez pas le droit de dire que vous n’aimez pas les porter ou les bières foncées avant d’avoir goûté au Porter Baltique des Trois Mousquetaires. C’est du café corsé, c’est du chocolat, c’est du bonbon sucré, c’est de la réglisse, c’est de la soie. Le fort taux d’alcool se laisse oublier en saveurs et on se rend compte qu’une bouteille de 750 ml, c’est loin d’être trop.

Le Trou du Diable – La Buteuse
Bière unique et prisée, La Buteuse se laisse désirer puisqu’elle n’est pas embouteillée en quantité astronomique et elle est n’est pas distribuée partout au Québec. Sa description sur le site officiel du Trou du Diable en dit long : Cette bière exceptionnelle, fermentée grâce à trois levures différentes, a vieilli quatre mois en fût de chêne américain ayant hébergé le brandy de pomme de la cidrerie Michel Jodoin. Elle présente un côté vanillé, épicé, torréfié et animal. S’y mélange aux effluves d’alcool chaud le caramel brûlé, la pêche, l’abricot et le tabac frais. Wow!

Boquébière – Acero
La bière Acero à l’érable de Boquébière ne fait peut-être pas l’unanimité, mais elle a au moins le mérite – avec sa cousine l’Apico au miel – de sortir des sentiers battus. C’est le porto de la bière, ni plus ni moins. Entre 16 et 20% d’alcool selon le brassin, l’Acero est épaisse, sans collet, sucrée (érable et fruits confits) et enivrante. Ça vaut la peine de l’essayer, ne serait-ce que pour se vanter d’être allé à l’extrême du spectre des saveurs.

(…)

Attention, ce n’est pas parce que je vous ai présenté trois bières fortes en alcool et en saveurs qu’il n’y a pas de Grand Cru parmi les bières plus subtiles. Il faut savoir garder une certaine objectivité : la meilleure bière n’est pas nécessairement la plus goûteuse, celle qui utilise le plus d’épices ou celle qui affiche le volume d’alcool le plus élevé. L’important demeure de reconnaître une bonne bière en la comparant avec ses sœurs qui arborent le même style, en jugeant de son originalité et en évaluant son audace. Sur cette note, je vous lève mon chapeau, mon pouce et surtout… mon verre!

Par
Lire les 382 articles par

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 2344 , 1