DimancheMatin.com | 10 ans de communication et de divertissement   

À la poursuite du bonheur (2006)

Par • 14 janvier 2007 à 0:15

J’avais hâte de voir le film car la bande annonce semblait prometteuse. J’ai été déçue. L’histoire du film est bonne mais on dirait que le réalisateur n’a pas mis l’emphase sur les bons aspects.  Le film raconte la vie d’un homme (Will Smith) qui n’avait pas de succès dans la vente d’appareils médicaux dont il avait acheté l’exclusivité quelques années plus tôt et qui n’avait plus d’argent pour payer ses besoins essentiels.

 

Père d’un jeune garçon (joué par le fils de Will Smith), l’homme se retrouve à la rue, sans argent, avec la garde de son fils, lorsqu’il décide de participer à un stage non-rémunéré dans une compagnie de courtage. Je vous passe les détails de la femme qui le quitte, la longue décision avant d’accepter le stage non-rémunéré, le déménagement de l’appartement à l’hôtel puis aux toilettes du métro et enfin au foyer pour les gens démunis, les multiples déplacements en transport en commun, etc. Le stage non-rémunéré le conduit à une embauche pour la compagnie et on en déduit qu’il fera beaucoup d’argent.

 

On comprend qu’il n’est pas riche, on comprend qu’il aime son fils et qu’il veut lui donner le meilleur et on comprend qu’il cherche un défi intéressant pour faire de l’argent mais tout ça aurait pu être expliqué en quelques minutes ! Ce qu’on ne comprend pas, c’est ce que cet homme a de spécial pour qu’on décide de l’engager pour le stage alors qu’il arrive à son entrevue en vêtements souillés de peinture. On ne comprend pas non plus comment il fait son succès une fois dans l’entreprise car tout ce qu’on sait c’est qu’il obtient le poste à la fin du film et ça, on s’en doutait dès la 3e minute de ce long, très long métrage.

 

J’aurais aimé trouver quelque chose de spécial au personnage qu’incarne Will Smith mais je le trouve ordinaire, platement ordinaire. Je n’ai pas pitié de lui malgré que je connaisse sa situation misérable. J’aurais voulu voir son talent et ses capacités à se faire remarquer. J’aurais voulu qu’il démontre de l’intérêt pour ce travail qui le mène à la richesse mais rien de tout ça n’était présent. Comme je vous ai dit, l’histoire de fond de ce film est belle, mais on n’a pas su nous montrer ce qu’il fallait pour ne pas qu’on s’ennuie.

Par
Lire les 74 articles par

Une Réponse »

  1. Moi je dis tout le contraire de toi, ma chère Amélie! J’ai adoré ce film, et j’ai trouvé que toutes les longueurs du film avaient leurs raisons pour nous faire découvrir justement l’homme extraordinaire qu’est cet homme. On a l’habitude (mauvaise) de penser que tout ceux qui sont dans la rue sont ceux qui ne sont pas intelligents, qui n’ont pas essayé de s’en sortir.
    Chris Gardner a réellement existé et il donne présentement des conférences partout dans le monde pour sensibiliser les gens à son histoire. Et il en inspire une quantité impressionnante. il en a même écrit un livre (qui devrait plus t’inspirer peut-être Amélie!)
    La grande intelligence de Chris Gardner ne l’a pas empêché de se retrouver dans la rue, mais heureusement elle l’a aidé à reprendre une vie, la vie qu’il voulait.
    Moi j’ai été hyper impressionnée par sa performance avec le cube Rubic, ce qui prouve que quand on capte l’attention d’un employeur c’est encore mieux que d’avoir n’importe quel diplôme.
    L’audace de cet homme, les bons choix qu’il a fait, font de ce film une de mes inspirations personnelles de l’année 2007.
    Moi je ne me suis pas ennuyée parce que j’imagine que pour moi, cet homme était déjà spécial. Il a tout fait dans l’ombre, toujours aussi low-profile, et ce que j’ai aimé, c’est qu’on prenne le temps de montrer comment il a su remonter tous ses obstacles avec autant de mérite et de courage.

Laisser un Commentaire

Code de lecture : 1525 , 1